Accueil

Vous voici sur le site du Matrimoine Parisien dont l’objectif est de cartographier les créations féminines de la ville de Paris.

Qu’est ce que le matrimoine ?

Du latin mater (mère), le matrimoine désigne l’héritage des mères. Le mot est créé sur le même modèle que le patrimoine. Il désigne comme lui nos souvenirs des créations du passé mais se concentre sur les réalisations de femmes.

Contrairement à la croyance commune, il ne s’agit pas d’une invention issue des mouvements féministes : le mot existe depuis le Moyen Âge ! Transformée, oubliée puis effacée, la notion de matrimoine refait surface depuis quelques dizaines d’années.

« Car le prétendu néologisme n’en est pas un et l’histoire de son existence suivie de celle de son effacement révèle tout un programme »

Ellen Hertz, « Le Matrimoine », dans Gonseth, Hainard et Kaehr, Le musée cannibale, 2002, p 154

Pourquoi parler de matrimoine ? Question légitime puisque dans le sens commun le patrimoine comprend aussi la création féminine. Mais dans les faits, on constate une différence de traitement et de reconnaissance due au genre du créateur ou de la créatrice. Cette inégalité nécessite une valorisation particulière de la partie oubliée du patrimoine.

« Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? »

Linda Nochlin, Artnews, 1971

Cette question provocatrice d’une historienne de l’art américaine pointe du doigt les processus d’invisibilisation du matrimoine. On entend par là le fait de rendre « invisible », c’est à dire de ne pas considérer, donner une légitimité, ou s’intéresser à ces femmes. Alors que l’on sait qu’il existe des artistes femmes ou des femmes qui « font » l’histoire, leurs apports sont minimisés.

On voit par exemple que l’histoire de l’art (re)connaît trop peu d’artistes femmes. Elles sont trop souvent reléguées derrière les grands noms masculins. Les Dora Maar, Lee Miller, Camille Claudel sont encore souvent oblitérées par les Picasso, Man Ray ou Rodin.

Le monde culturel dans son ensemble prend conscience depuis quelques années du manque d’égalité genrée : le cinéma, la bande-dessinée, le théâtre ou la musique sont régulièrement remis en cause sur le sujet.

« L’image des femmes dans les productions culturelles oscille la plupart du temps entre stéréotypes et invisibilité. »

Rapport du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, janvier 2018, p3.

Les chiffres confirment cette inégalité dans la reconnaissance. L’observatoire de l’égalité entre femmes et hommes dans la culture et la communication a démontré qu’en 2011 seulement 24 % des acquisitions des FRAC (Fond Régional d’Art Contemporain) ont été produites par des femmes. Le chiffre est encore plus bas en 2018, avec seulement 22 %. Le Haut Conseil à l’Égalité dénonce également ces inégalités de traitements dans son rapport de janvier 2018. Il révèle notamment la part élevée d’étudiantes en art qui contraste drastiquement avec la part d’artistes femmes récompensées.

Capture d’écran du rapport du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, janvier 2018, p3.

Comment expliquer ces inégalités ? Plusieurs facteurs s’entremêlent pour expliquer l’invisibilisation des artistes femmes. Stéréotypes et obligations sociales et familiales pèsent sur toutes les travailleuses et les empêchent de développer leur carrière.

On note aussi un moindre intérêt pour les artistes femmes au sein des instances qui font l’art et la culture, souvent en majorité composées d’hommes. Elles reçoivent moins de commandes publiques ou privées, sont moins commentées, étudiées, achetées ou exposées. Cette situation précaire décourage grand nombre de créatrices qui abandonnent leur carrière.

« Le plus souvent dans l’histoire, « anonyme » était une femme »

Virginia Woolf

De plus un manque de documentation nous fait passer à côté de créatrices qui ne sont pas assez connues ou malheureusement pas identifiées.

Le site

Une carte de la création féminine

Le Matrimoine Parisien est une initiative cherchant à participer à la valorisation et à la documentation de la création féminine. Constitué d’une carte interactive, ce projet étudiant répertorie le matrimoine présent sur le territoire parisien.

Il s’agit de visualiser dans l’espace de la ville la part des femmes, c’est à dire ce que les artistes, architectes, collectionneuses ou philanthropes femmes ont apporté au paysage artistique et culturel urbain. Excluant les œuvres conservées dans les musées, il s’intéresse uniquement aux lieux et aux créations préservées sur le territoire.

Le matrimoine que vous trouverez sur la carte est classé en cinq catégories (des architectures, des oeuvres picturales, des sculptures, des ateliers, et des lieux d’art et de culture). Certains points sont enrichis d’informations sur l’oeuvre et sa créatrice.

Mettez des noms féminins dans votre ville !

Grâce à cette carte nous voulons vous permettre d’identifier les statues ou les immeubles de vos quartiers dont vous ne soupçonniez pas les autrices. Ainsi, vous pourrez découvrir la richesse et la qualité de la création féminine dans chaque arrondissement parisien.

En bref ce site vous sensibilise au matrimoine au travers d’une balade dans Paris !

Sources :

  • HF Ile de France
  • Ellen Hertz, « Le Matrimoine », dans Gonseth, Hainard et Kaehr, Le musée cannibale, 2002, p 153 – 168
  • Le Matrimoine Culturel sur Wikipedia
  • L’observatoire de l’égalité entre femmes et hommes dans la culture et la communication 2013 et 2018
  • Rapport du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, janvier 2018


Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close